Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Piteuse crème anglaise (The Riot Club)

Oxford, son prestige, son passé, ses rites, ses vices cachés. Un symbole très britannique et séculaire que ce Riot Club, censé être la crème de la crème anglaise. Il se décline en 3D : débauche, décadence et débordements. Une drôle d'élite, ou qui se considère comme telle, avec la morgue de ceux qui se croient supérieurs au commun des mortels et donc tout permis. Avec des comportements détestables, insolents et vulgaires, dérapages inclus. Comme The Riot Club n'est pas un documentaire, on pourrait s'attendre à ce que le film de la danoise Lone Scherfig (Une éducation) propose un regard distancié, une vision critique des us et coutumes de cette bande de snobs, prétentieux et imbus d'eux-mêmes. Le message y est bien mais le scénario se contente d'être factuel et n'aborde pas de front son sujet, se permettant même de garder une petite place pour une romance assez niaise qui est nettement hors sujet, vu le contexte.

 

157394.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg



02/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres